Nuit Romane - Villesalem août 2013 (photo CentrePresse)
Nuit Romane - Villesalem août 2013 (photo CentrePresse)

 

Femmes du Moyen Âge

 

Voyage dans le temps en compagnie de quelques femmes d’exception…

 

De tous temps les femmes se sont exprimées par la poésie et la musique, mais pour de multiples raisons sociales et politiques peu de traces sont arrivées jusqu’à nous.

 

Les manuscrits des monastères féminins constituent un témoignage important : au Moyen Âge les moniales possédaient des manuscrits et pratiquaient journellement les chants des offices.

 

La femme au Moyen-âge est considérée comme un être inférieur, impure en tant que descendante d’Eve ; elle n’a aucun pouvoir, à moins d’être l’épouse d’un noble ou d’un homme riche. Ses deux principales possibilités d’accéder à  un statut social convenable : soit rester pure et entrer au couvent, soit se marier et devenir mère. Mais soulignons que ces choix de vie lui appartenaient rarement puisque c’était le plus souvent sa famille qui décidait de son sort dès l’enfance, en la plaçant au couvent ou en arrangeant un mariage.

 

Néanmoins certaines figures féminines de ces époques lointaines font montre d’une grande force de caractère et parviennent à s’imposer par leur volonté, en particulier les vierges martyres, jeunes filles qui ont eu le courage de s’opposer au pouvoir masculin jusqu’à en mourir…

 

-Radegonde au VIe siècle, reine de France dévouée aux pauvres et aux malades, qui lutta jusqu’au bout pour fonder son monastère Sainte-Croix à Poitiers.

-Hildegarde (XIIe siècle), entrée au couvent à l’âge de 8 ans, grande visionnaire, qui fonda ses deux monastères, Rupertsberg puis Eibingen et composa des chants hors du commun par leur originalité et leur inspiration.

-Abbaye de Fontevrault, monastère double (XIIe siècle) qui fut dirigé par plusieurs abbesses dont la seizième, Aliénor de Bretagne, donna son nom au fameux Graduel de cette abbaye.

-Las Huelgas, monastère de femmes cisterciennes en Espagne, où est conservé un manuscrit noté contenant de très nombreux chants monodiques et polyphoniques (XIIIe siècle).

-Marie, à la fois vierge et mère, symbole de pureté et chasteté, vertus très prisées à l’époque, et représentante de toutes les mères, qui a de tous temps inspiré les artistes : nativité, vierge à l’enfant, mater dolorosa, pietà ; en musique on ne compte plus les Ave Maria, Stabat Mater, Salve Regina, Regina caeli…

-Ste Ursule et les 11000 vierges, saintes martyres très populaires à l’époque romane.

-Marie-Madeleine fut disciple du Christ et le premier témoin de sa résurrection.

-Rachel, symbole de la mater dolorosa du massacre des Innocents.

-Ste Foy d’Agen, vierge martyre de l’époque romaine, dont les reliques sont conservées à Conques.

 

SOURCES :

- Venance Fortunat - poète et musicien, évêque de Poitiers au VIe siècle, ami de Radegonde.                    

- Riesencodex, manuscrit conservé à la bibliothèque de Wiesbaden - chants de Hildegard - XIIe siècle.- Graduel de Fontevrault, dit d’Aliénor de Bretagne - XIIIe siècle.

- Codex Las Huelgas - XIIIe siècle

- Livre des miracles de Ste Foy, Sélestat BHS.MS22 – BNF NAL 443.

- Antiphonaire de St-Denis XIIe siècle   

 

Durée : 1h

 

Le CD « Femmes du Moyen Âge a été enregistré en novembre 2015 à l’abbaye de Fontevraud –

Label Ligia Digital – sortie 2016

avec l’aide de l’Adami, du FCM et du Département de la Charente